Peut-on faire l’amour la veille d’une séance de sport intense ?

Il s’agit d’un très vieux débat : est-il possible de faire l’amour le jour qui précède une séance de sport intense ? Eh bien, des éléments de réponse sont apportées année après année sans jamais offrir de certitude. Alors, c’est envisageable ou non ?

Faire l’amour avant un événement sportif : bonne ou mauvaise idée ?

Nombreux affirment que le fait d’avoir des relations sexuelles avant un événement sport important a des impacts négatifs sur les capacités d’un sportifs. Certains affirment qu’il s’agit d’une légende. Certes, il existe quelques sportifs qui respectent cette règle mais cela n’en fait pas une vérité absolue. Parmi les adeptes présumés, on retrouve notamment le très connu champion de boxe Muhammad Ali. En outre, cette idée serait aussi répandue au sein des équipes de sport collectif comme le basket-ball ou le football. En réalité, aucune étude scientifique ne permet de confirmer cette théorie. D’ailleurs, il est impossible d’affirmer avec certitude que le sexe diminue ou augmente les performances sportives.

Quels sont les effets du sexe sur les capacités sportives ?

Les théories sont nombreuses et méritent que l’on s’y attarde. Du côté des inconvénients, avoir des relations intimes diminuerait le niveau de testostérone. Cette hormone permettrait pourtant d’être plus agressive le jour J, il serait alors mieux qu’elle soit en grande quantité. Mais cette hypothèse ne tient pas vraiment la route dans la mesure où les différentes études menées révèlent des résultats divergents. Justement, des scientifiques de l’université américaine du Nevada sont arrivés à la conclusion que le niveau de testostérone s’accroit sensiblement après des relations sexuelles. Si l’on tenait compte de la théorie qui avance que la présence de cette hormone est favorable aux performances sportives alors il vaudrait mieux  avoir des relations intimes avant une séance sportive intense… Au final, cette hypothèse n’a pas été vérifiée…

Un autre raisonnement s’appuie sur le fait qu’avoir des relations sexuelles serait énergivore et fatiguerait alors un sportif. Ce dernier n’aurait alors pas la totalité de ses performances le jour J s’il s’est adonné à ses pratiques éreintantes un jour avant. Une fois de plus, des études cassent cette hypothèse. Par exemple, des chercheurs américains ont prouvé que des hommes affichent les mêmes aptitudes sur des appareils d’entraînement (tapis de course, vélo d’appartement) qu’ils se soient adonnés ou non au sexe avant.

Laisser un commentaire